Notre vision

L’accès de tous à l’internet : le contexte d’aujourd’hui

Chaque jour, la société se numérise davantage. Le Baromètre 2015 du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc) recense 84 % d’internautes en France. 68 % d’entre eux se connectent tous les jours et plus d’une personne sur deux accomplit des démarches administratives ou fiscales en ligne.

Des voix s’alarment pourtant des conséquences sur l’inclusion sociale. Le Collectif « pour une France accessible » reproche au Gouvernement d’« entériner la fracture numérique » avec le projet de loi pour une République numérique. De fait, si « 80 % de la population ne souffre pas de la dématérialisation des services publics, elle n’est pas adaptée aux personnes les plus en difficulté », résume Bernard Dreyfus, délégué général à la médiation avec les services publics du défenseur des droits. Et de désigner comme victimes les personnes les plus âgées, ou en situation de handicap, les personnes illettrées ou trop pauvres pour être équipées d’un ordinateur, d’une imprimante et d’un scanner. Sans oublier les habitants des zones blanches.

En 2009, la situation était différente. Les Seniors étaient les seuls publics dont nous nous sommes préoccupés. Aujourd’hui, quels sont les publics de la fracture numérique ? En tout état de cause, l’e-inclusion est une démarche de solidarité active inscrite dans le projet associatif de Générations Solidaires Val-d’Oise à sa création.

La quasi-totalité des logements voire en quartiers prioritaires est raccordée. Par conséquent, la fracture numérique concerne davantage les usages.

A l’Auberge des Solidarités et du Numérique, nous accueillons indifféremment les Seniors, les adultes, les jeunes pour suivre des ateliers collectifs ou se faire accompagner individuellement à l’EPN AISI-GSV.

La e-administration constitue un risque de marginalisation accrue pour les personnes éloignées de la langue française et/ou des nouvelles technologies. La dématérialisation, inévitable, doit nécessairement s’accompagner d’un plan de médiation numérique et de développement d’ateliers sociolinguistiques.

GSVO95 milite depuis 2009 pour l’accès à l’e-démarche administrative pour tous. L’accès au droit est une problématique qui passe par la médiation numérique mais aussi par l’écoute.

Initié en 2009 pour soutenir les Seniors, l’Atelier obtient en mars 2015 les labels NetPublic et Ordi 3.0. Rassurer les Seniors et leur permettre d’accéder à l’Internet utile. Tel était le premier défi.

Aider tous ceux qui le fréquentent à réaliser un projet collectif ou personnel est devenue la principale caractéristique que confère à l’AISI-Vauréal, le label NetPublic. Pour simplifier l’apprentissage pour tous, les modules de l’AISI sont réalisés dans un contexte participatif et répondent aux véritables attentes des apprenants.

Le Label Ordi 3.0 permet à GSVO95 de mettre à disposition de publics fragilisés un ordinateur dans le cadre d’un dispositif de location pour l’euro symbolique par mois. Le même dispositif ouvre droit à un stage d’appropriation de l’outil.

A l’Atelier Participatif, les machines considérées comme obsolètes sont reconditionnées et équipées de logiciels libres. A l’Auberge des Solidarités et du Numérique  GSVO95 impulse par son action, l’Éducation Populaire au Numérique en Val-d’Oise.